Le CNRS
Accueil CNRS
Autres sites CNRS
 
  Accueil > Annuaire > Janc
 
Curriculum Vitae
Publications
Prédateurs marins

 

    

 

 

 

 

         Anaïs JANC

               Doctorante

 

 

 

 

 

Titre de la thèse

Comportement des capitaines de pêche, des orques et des cachalots dans le contexte de compétition autour de la pêcherie à la légine australe dans les eaux subantarctiques françaises

 

Mots-clés : Longline fisheries, Depredation, Patagonian toothfish, Killer whales, Sperm whales, Crozet, Kerguelen, Economic and ecological consequences, Mitigation, Fishing data analysis, Photo-identification

 

Période

2015-2019

 

Responsables

Christophe GUINET et Paul TIXIER

 

Université d'inscription

Université de La Rochelle / École Gay Lussac « Sciences pour l’Environnement »

 

Contexte général

La surexploitation des ressources halieutiques entraîne une compétition croissante entre les pêcheries et la biodiversité marine. Cette compétition donne lieu à des interactions de type déprédation (consommation des poissons directement sur le matériel de pêche par les prédateurs marins). La déprédation engendre des conséquences i) socio-économiques pour les pêcheries (diminution des rendements) ; ii) écologiques pour les prédateurs marins (risques accrus de capture accidentelle ou d'exposition à une réponse létale) et iii) écosystémiques (impacts sur les ressources cibles et auxiliaires). Cette thèse propose d'étudier, sur une des pêcheries des plus lucratives, des plus sélectives mais également des plus exposées à la déprédation, les mécanismes décisionnels (capitaines) et comportementaux (prédateurs marins) impliqués dans la déprédation exercée par les orques (Orcinus orca) et les cachalots (Physeter macrocephalus) sur la pêcherie à la palangre démersale ciblant la légine australe (Dissostichus eleginoides) dans les Zones Économiques Exclusives françaises des îles Crozet et Kerguelen, océan Indien. Par une approche originale combinant éthologie humaine et animale sur fond de théorie de l'approvisionnement optimal à deux échelles spatio-temporelles, nous montrons que i) cette déprédation est marquée avec une compétition d'autant plus importante que les capitaines sont expérimentés ; ii) les odontocètes ajustent leur comportement naturel pour bénéficier de l'apport de nourriture issue des pêcheries ; iii) aucune prise de décision ne permet simultanément un haut rendement de pêche et une déprédation réduite. Ces résultats soulignent l'importance de la pression exercée par les pêcheries sur les ressources naturelles et la pertinence de futures évaluations bioéconomiques et socio-écosystémiques pour assurer la viabilité économique des pêcheries et la durabilité des ressources naturelles exploitées et auxiliaires.

 

Imprimer Contact Plan du site Plug-ins Accueil

 

 

 
 
 

Centre d'Etudes Biologiques de Chizé